L’importance de l’agriculture dans l’économie de notre pays n’est pas à démontrer. Pourtant, nous devons non seulement sortir nos paysans non seulement de la nuit des temps où ils sont plongés depuis si longtemps, mais encore leur trouver des débouchés. Aujourd’hui, grâce à une politique d’exportation bien articulée, les paysans burkinabè peuvent exporter leur haricot en France, ce qui constitue pour eux, donc pour leur pays, une source de devises. La première étape, en termes de débouchés pour les agriculteurs centrafricains, consiste à désenclaver l’intérieur du pays. Aujourd’hui, même le manioc est devenu un produit de luxe, ce qui est proprement intolérable. Pour ce qui concerne les cultures de rente, la production décroit chaque année. Les cultivateurs sont naturellement découragés quand, après avoir travaillé sans relâche, ils n’arrivent pas à écouler leurs produits. Des structures dignes de ce nom seront mises en œuvre pour inciter les paysans à produire davantage et faciliter l’écoulement de leurs produits.

Agriculture
Agriculture