Communiqué de Presse relatif aux décrets portant mise en place du Comité technique d’organisation du Forum National de Bangui, la désignation des membres du Forum National de Bangui et la création Présidium du Forum National de Bangui.

Classé dans : Communiqués | 0

C’est avec stupéfaction que le peuple Centrafricain a suivi la mise en place d’une coordination chargée d’organiser le forum de Bangui.

En effet, alors que le Consensus est le maitre-mot consacré par l’esprit et la lettre de la Charte Constitutionnelle de Transition, cette décision a été prise dans l’entre-soi d’un clan.

C’est donc fort légitimement qu’un lever de bouclier a été constaté dans la société, tant les méthodes et les personnes choisies représentent cette morale à cloche-pied qui a fini de nous jeter dans le précipice.
Qu’on ne s y trompe pas : le but recherché est de contrôler de bout en bout ces assises de la dernière chance, puisqu’il s’agit de réconcilier les Centrafricains avec eux-mêmes.

Dans cette conspiration se retrouvent pêle-mêle:

– certains politiques Centrafricains, nommément rejetés par le Peuple Centrafricain à travers ce véritable referendum qu’ont été les consultations à la base, qui sont forcement complaisants vis-à-vis de la transition en cours dans le but de préempter les moyens de l’Etat et faire un hold-up électoral

– certains membres de la Communauté Internationale, qui s’autoproclament Constitutionaliste, Physicien, Médecin, sans en avoir la formation, et nous bassinent à longueur de journée les efforts consentis, en faisant référence à l’adage Allemand que nous réprouvons « puisqu’on est un peu esclave, pourquoi ne pas l’être tout à fait »

– certains membres de la société civile, visiteurs du soir assidus du palais de la Renaissance.

Face à cette situation extrêmement grave qui ne peut que déboucher sur une tragédie, nous en appelons au patriotisme des Centrafricains.

Le constat est désormais accablant: nous sommes seuls face à nous-mêmes.
Fort de ce constat, une mobilisation des Centrafricains de tout bord s’avère nécessaire.

En tout état de cause, le Patrie déclare solennellement que si les choses restent en l’état, il prendra ses responsabilités au moment opportun.

Fait à Bangui, le 13 avril 2015

Le 1er Vice-Président

Innocent MPOKO